Facebook Pixel Non, il n'y a pas de jouets pour garçons ou pour filles !

Non, il n’y a pas de jouets pour garçons ou pour filles !

Une charte d’engagement a été signée au ministère de l’Économie et des Finances afin d’avancer vers une représentation mixte des jouets. De nombreux fabricants et éditeurs de jeux et jouets, dont Epopia, militent depuis plusieurs années pour que la société avance en ce sens et se félicitent aujourd’hui de cette belle avancée, même si elle reste basée sur une base de volontariat.


Le concept Epopia

Epopia fait lire et écrire les enfants, de 5 à 10 ans, à travers des aventures par correspondance postale, dont ils sont les héros ! Partagez le goût de l'écriture et de la lecture avec votre enfant et vivez ensemble une histoire formidable !

Découvrir le concept

comment savoir si un jouet est pour fille ou pour garçon
Infographie : comment savoir si un jouet est pour fille ou pour garçon ?

La mixité des jouets est primordiale pour combattre les stéréotypes de genre

Saviez-vous que, dès leur plus jeune âge, nos enfants intériorisent des stéréotypes concernant les filles et les garçons, dont ils auront énormément de mal à se débarrasser plus tard ? En effet, notre société diffuse énormément d’idées reçues qui enferment nos enfants dans des interdits imaginaires et limitent leur développement : les garçons ne pleurent pas ? Les filles ne grimpent pas aux arbres ? Les garçons n’aiment pas le rose ? Les filles n’aiment pas le foot ?

Une expérience concrète permet de le constater : prenez des images d’un ours qui lit un livre, qui répare une voiture, qui repasse du linge, qui fait la cuisine, qui fait un discours avec une écharpe tricolore ou qui biberonne un bébé et demandez à un groupe d’enfants si c’est « Madame Ours » ou « Monsieur Ours » sur chacune de ces images. Des scientifiques ont fait et répété cette expérience et les résultats sont toujours les mêmes. On se rend compte de l’ancrage des stéréotypes de genre, dès l’âge de 7 ans.

Il est donc important de proposer d’autres modèles à nos enfants et de les sortir de ces schémas préétablis afin de les libérer de ces clichés que nous véhiculons, parfois même sans nous en rendre compte, et qui peuvent leur interdire d’exprimer et de choisir ce qu’ils voudraient être vraiment.

Des entreprises, des élus et des associations féministes et pour l’égalité entre les genres dénoncent ces pratiques et portent ce message afin de faire évoluer les mentalités et les usages :

 

A contrario de la société où les femmes investissent peu à peu tous les domaines de la vie économique et s’émancipent, nous assistons depuis 30 ans à une incroyable régression dans les jouets : non mixité, sexualisation et enfermement à la maison pour les filles, apologie des armes et de la violence pour les garçons.

Quand l’industrie du jouet est questionnée sur sa responsabilité, elle se défausse en avançant qu’elle répond à la demande des parents. C’est FAUX. La ségrégation rose/bleu à l’œuvre est une stratégie délibérée du marketing des fabricants.

Quand on segmente le marché entre filles et garçons, les jouets ne peuvent être transmis ou partagés au sein d’une même fratrie. Donc les fabricants vendent beaucoup plus, au détriment de l’éveil de nos enfants !

Un catalogue jouet sexiste qui sépare les garçons en bleu et les filles en rose
Un catalogue jouet sexiste qui sépare les garçons en bleu et les filles en rose

Oubliez les princesses, imaginez-vous ROI ou REINE !

Ce combat contre les stéréotypes de genre, c’est aussi le nôtre, au sein de l’équipe d’Epopia, depuis la création de nos échanges par courriers dont les enfants sont les héros. C’est pourquoi, dans les aventures d’EPOPIA, vos enfants ne jouent pas à la princesse fragile ou au chevalier bagarreur, mais deviennent des rois et des reines, chacun souverain(e) de leur propre royaume, avec le même pouvoir, et les mêmes responsabilités à assumer. Avec des personnages féminins « bricoleuse baroudeuse » ou « reine d’un pays voisin et passionnée de vie sous-marine » et des personnages masculins « botaniste, passionné de fleurs » ou « Général des armées maladroit et accro au chocolat au lait », les personnages avec lesquels ils échangent sont variés et libres, loin de tout stéréotype : il ne sera pas facile de les ranger dans des cases :-) .

En effet, chaque enfant, garçon ou fille, dans nos aventures épistolaires doit relever les mêmes défis et faire face aux mêmes problématiques (énigmes, enquêtes, décisions…), et ce, de la manière qu’il ou elle préfère. Libre à chacun d’explorer de nouveaux territoires, d’envoyer l’armée guerroyer avec les voisins ou d’organiser d’immenses fêtes en l’honneur de leur animal de compagnie. Pour une fois, loin de tout jugement, ce sont eux qui décident !

beranie-fille-histoire-dinosaure-epopia
Béranie, mécanicienne, répare la machine à voyager au temps des dinosaures

Une charte pour faire évoluer l’écosystème du jouet

C’est donc réunis au ministère de l’Économie et des Finances autour d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et d’Adrien Taquet, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, que les professionnels du jouet ont signé cette charte d’engagements volontaires pour une représentation mixte des jouets dont le contenu engage notamment à développer des jouets ne véhiculant plus de stéréotypes de genres, à supprimer les catégorisations des jouets en « garçon » / « fille » et en favorisant des catégories par types de jouet ou par bénéfices ou encore à rendre les catalogues de jouet neutres, en abandonnant la dichotomie rose/bleu et en favorisant la mixité sur les photos.

Nous accueillons avec beaucoup de satisfaction cette évolution même si nous restons vigilants à ce que ces déclarations sur une base de volontariat soient bien suivies d’effets et que les pratiques des professionnels du jouet et de la distribution évoluent enfin. Ce sujet ne se limite également pas au monde du jouet mais mérite d’être pris à bras le corps également dans le milieu éducatif, dans les supports numériques ou encore dans la littérature jeunesse, comme nous l’évoquons sur notre chaine Youtube dans notre émission « Simone veille au grain » qui décrypte les stéréotypes de genre dans la littérature jeunesse !

« Pourquoi donc un garçon se sent-il insulté lorsqu’on le traite de fille ? » ou « Pourquoi traite-on des filles de garçons manqués ? ». Tant que ce genre de question sera d’actualité, nous devrons collectivement rester vigilants !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Recevez nos actualités de littérature jeunesse, idées bricolages, et nouvelles fiches pédagogiques directement dans votre boite email ! 

Rémy Perla

Rémy Perla

Papa de 2 enfants, engagé dans la révolution éducative depuis plusieurs années, Rémy Perla est l'inventeur de l'innovation littéraire "Epopia"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *