Facebook PixelLe bonheur des mots - Le blog Epopia

Le bonheur des mots

Donner envie de lire et d’écrire à tous les enfants même ceux qui ont des difficultés, voici la douce utopie d’Epopia. Mais comment amener au plaisir de lire ces enfants qui vivent ce que Daniel Pennac appelle des chagrins d’école ? Laissés de côté par un apprentissage difficile ou peu adapté, ces mal-aimés de l’école se sentent perdus par les mots. Élèves angoissés, face à l’incapacité d’apprendre ou de comprendre, ceux que l’on désigne comme des cancres vivent au quotidien la peur de l’échec.


Le concept Epopia

Epopia fait lire et écrire les enfants, de 5 à 10 ans, à travers des aventures par correspondance postale, dont ils sont les héros ! Partagez le goût de l'écriture et de la lecture avec votre enfant et vivez ensemble une histoire formidable !

Découvrir le concept

lire

Lire pour le plaisir

Il ne s’agit pas seulement d’apprendre à lire et écrire – comme on apprenait à nager à nos grand-mères. Elles exécutaient parfaitement le mouvement de la brasse, mais comme à l’époque, on ne se déshabillait pas en public, elles ne s’étaient jamais baignées dans une rivière ou dans la mer !-  mais bien de former des lecteurs qui prennent du plaisir, quels que soient les écrits. Élèves en difficulté ou pas, un seul secret ! Diversifier les contenus, les actions et les situations. Chaque enfant est différent. Il y a des thèmes, des supports qui parlent plus aux uns qu’aux autres. Et parfois, l’on peut assister à des petits miracles : cet enfant en difficulté à qui l’on a proposé de lire une histoire à des petits et qui s’est préparé avec un soin inouï, s’est entraîné des heures, a lu à haute voix chez lui et sur le chemin de l’école, un autre à qui l’on a suggéré de monter une exposition sur un thème qui lui tient à cœur. Passionné, l’enfant n’a eu qu’une envie : transmettre ses connaissances.

 

11069925_1800036153554743_3732866773225051091_n
Lire à la maison

Développer le goût de lire, c’est écrire, expliquer, parler, recevoir, donner, échanger, partager à l’école, mais aussi à la maison. C’est un ensemble. Et plus cet ensemble est riche, plus on a de chance de réussir à transformer la lecture en bonheur.
Lire à la maison, c’est proposer un temps libre sans injonction, sans hiérarchie de valeurs littéraires, juste un temps de lecture-cadeau.

 

Daniel Pennac nous rappelle que « Le verbe “lire” ne supporte pas l’impératif. Tout comme : le verbe “aimer” ou le verbe “rêver”… ». Et si c’était cela le secret ?

 

 

 

Henri Gonce

Henri Gonce

Bibliovore, rêveur et écrivain, Henri, prend sa plume pour enchanter les petits lecteurs d'Epopia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *