Facebook Pixel Skip to content

Comment Epopia est passé au Petit Journal

Epopia au petit journal

Vous avez tous écarquillé les yeux en découvrant l’équipe d’Epopia interpellant le Président de la République en plein Petit Journal de Canal+ en mars 2015. Nous allons enfin vous raconter comment nous nous sommes faufilés jusque sur vos petits écrans pour réaliser ce petit exploit médiatique !

Epopia, le jeu qui donne envie de lire aux 5-10 ans !

Epopia transmet le plaisir de la lecture et de l’écriture aux enfants de 5 à 10 ans. Découvrez ce jeu littéraire qui a déjà fait lire et écrire avec passion plusieurs dizaines de milliers d’enfants dans le monde entier !

Je découvre le concept !

Notre histoire commence au Salon du Livre de Paris 2015 !

Le salon du Livre de Paris est un énorme événement qui brasse près de 200.000 personnes en 4 jours et rassemble tous les grands noms littéraires français. Avec notre petite maison d’édition, nous avions décidé d’y candidater afin de faire découvrir l’innovation Epopia aux parisiens ainsi qu’aux média spécialisés mobilisés pour l’occasion. Sélectionnés pour exposer sur un stand « coup de pouce », nous étions donc venus à cinq, tous déguisés en personnages médiévaux, afin d’animer le square jeunesse, dédié à la littérature pour les plus jeunes.

Epopia petit journal 1Mais après une journée d’exposition, nous comprenons vite que l’événement n’est pas à la hauteur de son aura. Nous sommes relégués dans une allée sans passage, loin du flux de visiteurs, dans un coin du salon. Une grande enseigne occupe le gros de l’espace jeunesse nous laissant juste assez de place pour faire papier peint. Et même l’entrée des groupes scolaire qui a lieu de notre côté n’est qu’une mascarade, dont nous ne sommes que les spectateurs impuissants. Nous voyons des centaines d’élèves défiler devant nos yeux, pour aller acheter un livre Pokémon, Violetta ou un manga, offert par le Centre National du Livre. Les petits éditeurs, eux, sont mis hors circuit.

Désespérés par cette situation, nous décidons de déployer notre énergie à une autre activité, qui pourra peut-être faire un peu parler de nous. Nous apprenons que le Président de la République, François Hollande, a prévu de visiter le salon le dimanche. Nous savons également que depuis plusieurs mois, l’équipe du Petit Journal (LPJ) suit le Président dans tous ses déplacements, nous en déduisons qu’ils seront certainement de la partie. Nous décidons donc d’interpeller le Président, afin de toucher Le Petit Journal.

Epopia Petit Journal 2C’est une chose de le vouloir, et s’en est une autre de le faire. Comme je vous l’ai déjà dit, nous étions tous venus costumés, ce qui est déjà un élément positif pour notre visibilité et pour coller à la ligne éditoriale de LPJ. Nous avons glané des informations afin de connaitre l’heure prévue de son arrivée. Nous avons observé le cortège médiatique attendre fébrilement, et avons décidé de nous placer stratégiquement sur un grand axe du salon par lequel François Hollande devrait forcément passer : devant le stand du pays invité, le Brésil.

Epopia petit journal 3

À l’apparition du Président, la meute des caméras et des journalistes se met en branle, l’encadrant de toute part et le coupant complètement du salon. François Hollande avance alors péniblement, suivant un parcours peu conventionnel qui le fait disparaître de nos radars et nous force à nous repositionner. Nous finissons par nous placer au milieu du croisement principal du salon juste au moment où la boule médiatique avance droit sur nous. C’est à ce moment que le Président décide de subitement bifurquer pour traverser le stand d’un grand éditeur, quittant ainsi notre route. Par un mouvement tactique rapide, nous décidons de le prendre à revers, tout près de l’endroit dont nous pensons qu’il débouchera de nouveau vers les allées. Le pari est payant, et à nouveau cette masse humaine, constituée de dos costumés, de caméras et de perches, toutes dirigées vers le centre de la bulle, reprend sa route dans notre direction.

Mais impossible d’atteindre ainsi le Président, enfermé dans cet amas de journalistes et de micros qui ne cessent de le prendre à partie. Nous décidons donc d’ouvrir le cercle en utilisant le point faible de tous ces journalistes et des agents de sécurité : la peur de louper la bonne image, la terreur d’empêcher le moment phare qui aurait fait l’ouverture du journal d’avoir lieu, et empêcher le Président de répondre à l’interpellation qui créera l’événement. Nous décidons donc d’entamer une manifestation sur un thème que nous chérissons, en entamant les slogans « Pas de culture sans lecture ! » et « Faisons lire les enfants ! ». Immédiatement, la bulle médiatique, sentant qu’il se passe quelque chose dans son dos, et souhaitant avoir la bonne image de la visite, décide volontairement d’ouvrir le cercle, ce qui met de fait François Hollande juste en face de nous, toutes caméras et tout micros tendus pour capter ce moment historique.

Comme à son habitude, François Hollande ouvre la discussion par une blague avant de nous demander ce que nous faisons là. Nous lui rappelons alors les chiffres catastrophiques publiés par l’Éducation Nationale sur le niveau de lecture à la sortie du primaire (20% des enfants ont des difficultés à la fin du CM2), et nous lui présentons notre solution innovante, Epopia, en lui expliquant comment nous utilisons le courrier postal pour faire de la lecture et de l’écriture un jeu en nous adaptant au niveau de lecture des enfants et, surtout, en les faisant rêver ! Nous échangeons quelques mots avec le Président qui est enchanté par le potentiel de ce support littéraire innovant, mais déjà, un journaliste ayant senti un blanc, s’engouffre dans la brèche pour poser une question à François Hollande sur l’accès à la lecture, et nous sommes automatiquement expulsés de la bulle qui reprend sa route, imperturbable.

Epopia petit journal 4L’instant fut court, mais intense et nous exultons alors d’avoir réussi l’impossible en présentant, par le culot, Epopia, au représentant de la France et des français. Grisés, nous renouvelons même cet exploit le lendemain, avec le premier Ministre, Manuel Valls, qui fait également bon accueil au concept d’Epopia et nous quitte en nous lançant un« c’est important de faire lire les enfants, continuez ! »

Après ces deux faits d’armes, le salon se clôt le lundi soir sur beaucoup de fatigue et un bilan commercial plutôt mince. C’est alors qu’en pleine route du retour vers Strasbourg, à peu près au niveau de la ville de Reims, nos téléphones commencent tous à sonner et à recevoir pleins de SMS, comme un soir de nouvel an. Nos amis et nos familles nous écrivent tous pour nous dire qu’ils viennent de nous voir au Petit Journal et pour nous féliciter. Nous trouvons rapidement une sortie pour faire une pause dans un restaurant de bord d’autoroute afin de retrouver un peu de réseau. Nous avons alors la joie de découvrir, tous ensemble, « l’Instant Président » du Petit Journal où l’on voit François Hollande nous lancer une blague sur nos costumes. Naturellement, le gros de la rencontre a été coupé et seul reste le spectacle ridiculisé, mais nous y sommes arrivés et nous clôturons ce salon sur une note positive qui revigore toute l’équipe pour les nombreux défis qui lui restent à relever.

Certains pensent que si on n’a pas de montre Rolex à 50 ans, on a raté sa vie, mais nous, notre crédo, c’est désormais « si tu n’es pas passé au Petit Journal à 50 ans, tu as raté ta com » !

Epopia, le jeu qui donne envie de lire aux 5-10 ans !

Epopia fait lire et écrire les enfants du CP au CM2, à travers des aventures par correspondance postale, dont ils sont les héros ! Partagez le goût de l’écriture et de la lecture avec votre enfant et vivez ensemble une histoire formidable !

Je découvre Epopia !

1 Comment

  1. Alors là, pour sûr, je ne remercierai jamais assez Nadine pour avoir eu l’excellentissime idée, Rémi, de transférer ton Mail avec le lien du site. Le concept est carrément tip top et je vais lui offrir la médiatisation qu’il mérite via FB (et oui que veux-tu, j’aime écrire et tous mes amis slameurs d’Indre et Loire parmi lesquelles entre autres, une Maman Zèbre de quatre délicieux « zèbrelets » et un garçon épatant qui a créé à Tours une école très différente de ce que l’on a l’habitude de rencontrer se régalent aussi et vont, à n’en point douter partager à l’envi donc nous allons diffuser le plus largement possible!!!!!!!!!!!; Comme « Anouchka » doit être contente de son cousin ! Bravo Rémi pour cette chouette reconversion et Bravo aussi à toute l’équipe ! Et comme Soeur Emmanuelle, quelqu’un très cher à mon coeur, je vous dis à tous YALLAH
    Mon petit fils Ulysse est un peu jeune (lol) : demain c’est son mois-niversaire, il aura deux moi mais cela m’a donné d’autres idées de cadeau pour d’autres enfants. Luc a-t-il testé ? 😉


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur le projet Epopia !
Rechercher un article
Une immersion inédite dans le métier du journalisme pour les élèves du CM1 à la sixième.

Déjouer les fausses informations, comprendre un journal et écrire le sien : Epopia dévoile une nouvelle aventure où les élèves se transforment en apprentis journalistes. L’histoire est coéditée par une réelle équipe de rédaction.

Découvrir le concept !
+ de 1000 classes du CP au CM2 ont déjà utilisé Epopia comme support pédagogique !
Je suis enseignant(e), je découvre l'offre école !

Epopia, le jeu de rôle littéraire intelligent et "sans écran" qui fait rêver les 5 - 10 ans !
Je suis parent, je découvre le concept !Je suis enseignant(e), je découvre l'offre école !