Facebook Pixel Skip to content

7 révolutions d’Epopia (+ 1 surprise) que vous n’avez pas vues !

7 révolutions chez Epopia

Epopia a la chance, contrairement à un livre classique, de s’auto-rééditer à chaque courrier. C’est donc une œuvre qui évolue et s’enrichit au fur et à mesure que les lecteurs la lisent, y répondent et la commentent. Voici un petit aperçu de ce que nous avons, grâce à vous, amélioré dans Epopia.

Epopia, le jeu qui donne envie de lire aux 5-10 ans !

Epopia transmet le plaisir de la lecture et de l’écriture aux enfants de 5 à 10 ans. Découvrez ce jeu littéraire qui a déjà fait lire et écrire avec passion plusieurs dizaines de milliers d’enfants dans le monde entier !

Je découvre le concept !

Nous recevons chaque jour des dizaines de témoignages de clients, sur les réseaux sociaux, par email, sur notre plateforme ou lors de nos propres enquêtes. Nous lisons et écoutons attentivement tous ces retours du terrain et mettons un point d’honneur à mettre en œuvre, dans les meilleurs délais, chaque axe d’amélioration qui nous semble pertinent et réalisable. Ainsi, durant les deux dernières années, nous avons abondamment modifié nos textes, testé énormément de changements, parfois fait demi-tour et d’autres fois définitivement adopté certaines évolutions.

Les fiches-réponses

Vous étiez nombreux à nous expliquer qu’Epopia prenait énormément de temps à la maison car, après avoir lu une première fois les lettres, il fallait à nouveau tout relire une seconde fois pour retrouver les questions des personnages, avant de pouvoir enfin commencer la rédaction des réponses. Nous avons alors décidé d‘imprimer les questions en gras, afin qu’elles soient plus faciles à identifier ; mais cela ne suffisait pas. Je dois avouer que nous n’étions pas vraiment désireux d’ajouter une telle fiche pour les réponses, ne souhaitant pas tomber dans le piège du QCM et préférant plutôt laisser aux enfants la liberté totale de la page blanche. Mais c’est justement cette page blanche qui stressait un grand nombre d’enfants et qui se révélait bloquante pour initier l’acte d’écriture. Nous avons donc cédé et ajouté, au moins pour les plus jeunes lecteurs, une fiche-réponses à chaque courrier, qui résume les lettres et recense l’ensemble des questions posées. Nous faisons cependant attention de toujours ajouter à ces fiches une question ouverte pour essayer de stimuler le flot artistique des enfants. Suite aux retours positifs des parents, nous les avons, depuis, ajouté dans l’ensemble des courriers. Nous allons prochainement proposer un nouveau bouton dans l’interface des parents afin que ce soit vous qui décidiez d’ajouter, ou non, cette fiche aux courriers de votre enfant. En effet, qui mieux que le parent peut décider de ce qui est le meilleur pour son enfant ?

Révolution epopia 1

Le dédoublage des courriers

Révolution epopia 2Une des critiques récurrentes que nous recevons concerne le volume de lecture, parfois jugé trop important dans les courriers. Vous étiez nombreux à nous conseiller de ne plus envoyer de grosses enveloppes contenant 4 lettres, mais de les diviser en deux courriers plus petits. Toujours à l’écoute de vos conseils, nous avons testé ce changement en 2015. Dès juin, nous n’avons plus envoyé que deux lettres dans la première enveloppe et, quelques jours plus tard, une seconde enveloppe suivait avec les lettres restantes. Loin de régler le souci, cette modification est rapidement devenue un véritable casse-tête logistique et financier. En effet, il nous fallait désormais envoyer deux fois plus de courriers, ce qui doublait quasiment les coûts de production (l’impression, l’affranchissement et toute la logistique gérée manuellement) et nous forçait à quasiment doubler le prix de vente (rendant Epopia inaccessible à un grand nombre de familles). Mais le plus impactant, c’est que ce changement entraînait des situations ubuesques. Ainsi, des enfants répondaient très rapidement aux deux premières lettres alors que les deux suivantes venaient à peine de partir de chez nous. Les deux courriers s’étant croisés, les enfants ne comprenaient alors pas pourquoi cette nouvelle lettre ne tenait pas compte des réponses qu’ils venaient d’envoyer… Bref, le drame ! Après six mois d’essais, nous avons stoppé définitivement ce fonctionnement et sommes revenus aux enveloppes de 4 lettres. Si nous avions maintenu ce système un mois de plus, nous aurions complètement explosé en plein vol ! Nous réfléchissons toujours à différentes solutions pour améliorer cet aspect, notamment en diminuant le nombre de personnages pour les plus jeunes, mais, compte tenu de nos contraintes logistiques, cela reste un défi difficile à résoudre.

La typographie dans les courriers

Le choix de la police de caractères dans les courriers d’Epopia est un interminable débat. À l’origine, nous avions fait des tests de confort de lecture, avec différentes polices d’écriture, et nous avions adopté la police Tahoma pour les lecteurs débutants et intermédiaires. Pour les plus confirmés, nous avions décidé d’imprimer les textes dans des typo manuscrites, avec une police de caractères différente par personnage, afin que chacun ait bien sa propre graphie. Suite aux différents retours des parents, nous avons rapidement ajouté une modulation sur la taille des caractères selon les niveaux de lecture. Très rapidement s’est également posée la question d’adopter une typo plus adaptée pour les enfants souffrant de dyslexie. Après avoir lu les différentes études sur le sujet et interrogé quelques professeur(e)s d’université, nous avons compris que les typo spécifiques aux dyslexiques étaient une grande supercherie. Nous avons d’ailleurs initié un travail de recherche en partenariat avec un laboratoire universitaire de psychologie des cognitions afin d’identifier quelle était la meilleure police de caractère pour des enfants dyslexiques en cours d’apprentissage de la lecture. En attendant la conclusion de ces recherches, nous avons décidé d’utiliser désormais le « Comic Sans MS » dans l’ensemble de nos courriers. Oui, vous avez bien lu, le « Comic Sans MS », et je peux vous dire que le graphiste de l’équipe perd un bout de son âme à chaque fois qu’il pose un œil sur nos courriers. Cette typographie sans empattement, ronde et aérée, est malgré tout, d’après l’état de l’art de la recherche en la matière, la police de caractères qui semble de loin la plus confortable et la plus accessible pour des enfants qui apprennent à lire, et chez Epopia, les enfants passent avant tout ! Toujours dans le cadre de nos recherches autour de la dyslexie, nous travaillons également à la mise en place d’une nouvelle interface pour les parents, afin qu’ils puissent notamment choisir la police de caractères et la taille d’impression des lettres selon les besoins spécifiques de leur enfant.

Révolution epopia 3

La logistique gérée par des établissements adaptés aux handicaps

Suite au petit succès d’Epopia, fin 2015, toute l’équipe s’est retrouvée à produire des courriers à longueur de journée, et parfois même de nuit. Nous devions trier des autocollants pendant des heures, maroufler des enveloppes, plier des lettres, coller des timbres et nous avons alors fait rendre l’âme à toute une collection d’imprimantes. Le reste des tâches n’avançait plus du tout et il nous fallait rapidement trouver une solution viable pour gérer la production des courriers d’Epopia. Cela faisait justement plusieurs années que le projet était dans les tuyaux de déployer notre logistique au sein d’un Établissement Adapté de l’APF, l’Association des Paralysés de France. En effet, créant une expérience magique pour faire rêver les enfants, il nous semblait particulièrement important de réaliser ce projet de manière éthique. Les E.A. (Établissements Adaptés) comme les E.S.A.T. (Établissement et service d’aide par le travail) de l’APF offrent à des milliers de personnes souffrant de handicaps souvent lourds, de sortir de leur isolement extrême pour reprendre une activité professionnelle et ainsi prendre une place active au sein de la société. Vous pouvez ainsi y croiser des personnes blessées par la vie, parfois restées longtemps isolées, sans sortir de chez elles pendant plusieurs années, et qui, grâce à l’APF, reprennent confiance en elles et dirigent désormais toute une équipe… C’est ce qu’on appelle sauver des vies ! Partageant énormément de valeurs avec les équipes de l’APF et arrivés au bout de ce que nous savions faire par nous-même, nous nous sommes tournés vers eux et, en quelques semaines, ils ont su prendre le relais et gérer l’impression, le picking, la mise sous plis et l’affranchissement de milliers de courriers. Leur intervention rapide et efficace nous a réellement sauvé la vie et ce sont aujourd’hui deux ESAT et un EA de l’APF qui produisent, à nos côtés, les courriers de vos enfants !

En novembre 2016, nous avons même reçu le grand prix « Coup de Cœur » de l’APF lors de la 4e Nuit de la Responsabilité Sociale des Entreprises, une immense fierté pour toute notre équipe !

Tous les textes sont réécrits

En lisant nos courriers, il est difficile de se rendre compte du chemin parcouru depuis les premiers textes rédigés par Rémy en 2010. Entre 2010 et 2016, l’histoire médiévale a été reprise et re-rédigée plus d’une dizaine de fois et l’histoire de la réserve animalière a été reprise par Lydie au moins six fois. D’ailleurs, l’histoire des dinosaures, dont la sortie ne devrait plus tarder, a déjà été réécrite intégralement à trois reprises, avant même sa sortie ! Pris dans ce cycle d’améliorations continuelles, nous savions qu’un potentiel énorme de magie était encore dormant, mais nos structures narratives ne nous permettaient pas d’aller plus loin en ce sens.

En novembre 2016, nous avons donc pris la décision radicale de simplement jeter toutes nos histoires actuelles et de repartir sur de toutes nouvelles fondations narratives. En quelques semaines, nous avons dessiné les contours de toutes nouvelles aventures beaucoup mieux construites et ouvrant vers beaucoup plus d’aventures et de magie. Nous avons également adopté des méthodes d’accompagnement de la créativité, inspirées des techniques des studios Pixar, pour pousser l’équipe à sortir le meilleur d’elle-même. Noël et son afflux de nouveaux aventuriers approchant à grands pas, nous avons alors pris la décision folle de faire entrer, dès décembre, l’ensemble de nos nouveaux lecteurs dans ces nouvelles aventures à peine naissantes. Le pari était fou car les enfants sont parfois rapides à répondre et nous avons des contraintes rédactionnelles, illustratives, techniques et logistiques très lourdes à régler avant d’envoyer tout nouveau courrier ; mais c’était malgré tout la bonne décision. En effet, si nous savions pouvoir offrir beaucoup mieux que nos anciennes histoires, comment accepter d’offrir aux enfants une version moyenne plutôt qu’une version super-extra ? Nous avons donc relevé nos manches, mis en sommeil d’autres projets, et avons ardemment travaillé sur ces nouvelles histoires que reçoivent, lisent et vivent désormais des milliers d’enfants. Alors oui, c’est source de pas mal de retard dans nos réponses, car les enfants sont effectivement plus rapides que nous et, les nouveaux textes n’étant pas déjà passés par d’autres milliers de mains avant, il peut également y subsister des coquilles orthographiques et parfois même des bugs techniques ; mais nous savons, et les retours massifs des enfants en sont chaque jour la preuve, que c’était la meilleure décision à prendre pour faire rêver toujours plus les enfants.

Révolution epopia 4

L’en-tête des courriers

À l’origine, les courriers d’Epopia avaient été pensés pour être les plus réalistes possibles afin que les enfants aient cette fierté de recevoir de véritables courriers. Vierge de toute illustration, chaque lettre était surplombée d’un blason aux couleurs du royaume ou de la réserve naturelle, afin que l’enfant ressente le côté solennel de sa mission. À la demande des parents, nous avons ensuite inséré de plus en plus d’illustrations au sein des lettres afin de les rendre un peu moins austères, mais ces blasons sont longtemps restés inchangés. Les parents nous ont alors révélé un autre souci : lorsque l’enfant débutait la lecture d’une lettre, il ne savait pas qui lui écrivait et il devait lire la signature au dos pour l’apprendre. Nous avions alors ajouté une phrase d’ouverture en haut de chaque lettre pour introduire son auteur, mais cela restait peu lisible. Nous avons donc finalement décidé d’abandonner les blasons et de les remplacer par une illustration du personnage qui est l’auteur de la lettre. Désormais, au premier coup d’œil, les enfants peuvent reconnaître qui leur parle et donc plus facilement entrer dans la lecture. Nous allons encore prochainement améliorer ces nouveaux en-têtes, notamment en ajoutant de plus en plus d’illustrations originales afin d’éviter les redondances avec les illustrations des autocollants destinés à compléter la carte des enfants.

Révolution epopia 5

Les enveloppes sont plus funs

Pour faire rêver les enfants, quoi de mieux que de recevoir une grande enveloppe à leur nom ! L’enveloppe est le premier élément qu’ils vont découvrir dans leur boîte aux lettres, tenir entre leurs mains et qui va participer à éveiller leur curiosité ! Mais c’est aussi pour nous, une contrainte logistique supplémentaire. Pour introduire tous les éléments magiques du premier courrier (la carte du territoire, le badge, le diplôme, les lettres, la couronne ou la clé), l’enveloppe doit être au format C4 sur laquelle doit être imprimée l’adresse de l’enfant. Or, ces enveloppes ne passaient pas dans nos imprimantes de l’époque, qui les arrachaient ou faisaient des bourrages papier. Pour remédier à cette situation, nous imprimions alors l’adresse de l’enfant sur des grandes étiquettes A4 avec le blason de l’histoire et nous devions ensuite coller à la main chaque étiquette pour recouvrir intégralement l’enveloppe avant d’y introduire le courrier et les éléments. Autant vous dire que nous sommes devenus les pros du marouflage, Valérie Damidot n’a qu’à bien se tenir ! Mais cette manière de procéder était bien trop coûteuse financièrement et logistiquement. Avant de nouer notre partenariat avec l’APF, une grande entreprise de production d’enveloppes, séduite par cette remise au goût du jour du courrier, est venue à nous pour soutenir notre projet. Partageant les mêmes valeurs que nous, un partenariat avec la société GPV a donc rapidement vu le jour. Après une visite dans leurs ateliers de fabrication, nous avons eu la possibilité d’imprimer chez eux sur des enveloppes très écologiques (papier, encore, colle…) nos enveloppes en couleur, afin de les égayer et d’ajouter une touche fun supplémentaire pour les enfants. Aujourd’hui, les enveloppes sont directement imprimées en couleur par GPV et l’APF y ajoute une étiquette pour inscrire l’adresse de l’enfant. Un process toujours en cours d’amélioration !

Révolution epopia 6

Surprise : les illustrations sont en couleur !

Depuis le tout début d’Epopia en 2014, c’était certainement la remarque la plus récurrente et la plus insistante : le noir et blanc, c’est triste et les enfants préfèrent la couleur. Au démarrage, les illustrations étant réalisées en noir et blanc, la question ne s’était même pas posée. Cependant, dès 2015, nous avons commencé à réaliser toutes nos nouvelles illustrations en couleur, mais nous étions encore équipés de machines d’impression noir et blanc et nous n’avions pas les moyens d’en changer. Longtemps, cette question est ainsi restée en suspens. Nous savions que la couleur serait un plus, mais la question ne se posait pas en ces termes pour nous. En effet, la question importante était surtout de savoir, lorsqu’un parent ou un enfant décidait d’arrêter l’aventure, si le fait d’envoyer des courriers en couleur pouvait changer la donne ? Si les gens étaient prêts à abandonner une expérience aussi folle simplement pour une absence de couleurs, c’est certainement que nous avions un souci beaucoup plus grand, l’aventure n’était pas assez magique. Mais, en interrogeant les parents, tous nous signalaient que ce serait une belle amélioration, mais que cela ne conditionnait absolument pas la poursuite ou non de leur aventure. Ouf, nous étions donc bien sur la bonne voie. Ce n’était donc clairement pas le point sur lequel concentrer nos efforts pour le moment.

C’est donc après de nombreuses modifications, dont vous avez découvert une partie plus haut, que la question s’est à nouveau retrouvée sur la table fin 2016. Entre temps, Epopia avait gagné en notoriété, nous commencions à toucher un public de plus en plus important et nous étions visiblement le seul produit du marché à se permettre l’excentricité de rester en noir et blanc. En novembre 2016, nous avons décidé qu’il était temps de passer ce cap. Nous nous sommes tournés vers notre partenaire logistique, qui se charge des impressions, l’APF. Ceux-ci avaient optimisé toute leur organisation selon les capacités de leurs différentes machines et ils ont donc demandé un délai de quelques mois pour pouvoir opérer ce changement complet d’organisation. Est alors apparu le dernier gros hic de l’affaire : passer à la couleur démultipliait les coûts d’impression par 10 !!! Pourtant, nos textes sont encore en noir et les illustrations représentent à peine 20% de nos courriers, mais un seul point de couleur ou une page entièrement colorisée, c’est exactement le même prix ! Hélas, les contrats rattachés aux machines de l’APF ne leur laissaient absolument pas le choix et à nous non plus. Nous avons cependant décidé de faire ce pas en avant et d’alourdir encore un peu plus nos coûts de production. Certains d’entre vous pourront rire de ce petit surcoût de rien du tout, mais pour nous, il représente presque 10% d’augmentation et il était naturellement impensable de le répercuter sur le prix final car nous voulons absolument maintenir un prix de vente le plus bas possible. J’avoue que cette décision fut difficile à prendre car Epopia est encore loin d’avoir atteint un quelconque équilibre financier théorique et cette modification venait encore alourdir la note. Mais, tous convaincus du gain de qualité que cela donnerait à l’expérience Epopia et enthousiastes à l’idée d’offrir un service toujours plus fou aux enfants, nous avons décidé de nous jeter à l’eau… Ou devrais-je dire « à l’encre » !

Révolution epopia 7

Lorsque vous recevrez votre prochain courrier, admirez l’en-tête, les couleurs des illustrations, le choix de la typo (sauf si vous êtes graphiste), l’intérêt de la fiche réponse ou encore le fun de l’histoire et vous pourrez vous dire que vous savez désormais pourquoi c’est là :o) Et si vous avez d’autres conseils, remarques, critiques à nous faire remonter, n’hésitez pas, vous serez lu et chacune de vos remarques sera analysée, questionnée et, même si cela peut prendre un certain temps, elles ne resteront généralement pas sans effet ! À vos claviers !

Epopia, le jeu qui donne envie de lire aux 5-10 ans !

Epopia fait lire et écrire les enfants du CP au CM2, à travers des aventures par correspondance postale, dont ils sont les héros ! Partagez le goût de l’écriture et de la lecture avec votre enfant et vivez ensemble une histoire formidable !

Je découvre Epopia !

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur le projet Epopia !
Rechercher un article
Une immersion inédite dans le métier du journalisme pour les élèves du CM1 à la sixième.

Déjouer les fausses informations, comprendre un journal et écrire le sien : Epopia dévoile une nouvelle aventure où les élèves se transforment en apprentis journalistes. L’histoire est coéditée par une réelle équipe de rédaction.

Découvrir le concept !
+ de 1000 classes du CP au CM2 ont déjà utilisé Epopia comme support pédagogique !
Je suis enseignant(e), je découvre l'offre école !

Epopia, le jeu de rôle littéraire intelligent et "sans écran" qui fait rêver les 5 - 10 ans !
Je suis parent, je découvre le concept !Je suis enseignant(e), je découvre l'offre école !